zone interdite : reportage sur la maltraitance des personnes handicapés en institutions

zone interdite : reportage sur la maltraitance des personnes handicapés

Le reportage de zone interdite diffusé le dimanche 19 janvier 2014 était  un peu trop orienté sur des institutions uniquement maltraitantes…

Pour ceux qui auraient des doutes ne vous inquiétez pas il existe des institutions super avec des équipes d’éducateurs spécialisés qui aiment leur métier comme moi par exemple( je vous raconte mon parcours dans cette article :Mon parcours d’éducatrice Spécialisée).

Ce reportage soulève beaucoup de questions : l’accompagnement des enfants et adultes handicapés, les moyens attribués aux institutions, l’éthique professionnelle, bientraitance / maltraitance, l’accompagnement des familles, la Belgique une réelle solution ?

Ne devrait-on pas investir en France pour de petites structures qui accompagneront dignement et sans profit les personnes en situation de handicap ? Pourquoi a-t-il fallu 14 ans avant qu’on s’inquiète de la situation de ses enfants ? Comment peut-on travailler dans ces structures sans rien dire? Qui ne dit mot consent !

Où sont les parents de ses enfants, leur ont-ils rendu visite, ont-ils constaté ?

Et cette mère qui met fin à la vie de son enfant « par amour » était-ce pour elle ? pour sa fille ? ou pour les 2 ?zone interdite : reportage sur la maltraitance des personnes handicapés

Que de questions ! Je vous invite à rebondir et échanger sur tous ces sujets.

.

Vous avez aimé cet article ?

Abonnez-vous dès maintenant à la newsletter 

Déjà plus de 3000 abonnés, pourquoi pas vous ?

11 personnes ont commenté cet article, et vous ?

  1. Il est normal de voir autant de cas de maltraitance. Les institutions, dans un objectif d’économie financière utilisent du personnel non formé et sous-payé. Autant dans le privé que le public. Une aide medico psychologique n’a pas les mêmes compétences qu’un éducateur. C’est triste

    • Effectivement certaines institutions embauchent du personnel non-qualifié. Le problème c’est aussi que parfois la formation ne nous prépare pas à des situations compliquées. La théorie et le terrain ce n’est pas la même chose. Il est bon d’avoir une équipe pluridisciplinaire (psy, éducs, moniteurs éducateurs, amp), chacun à son regard et ses compétences.

    • Voulez vous nous faire croire que seul les AMP sont maltraitants ? C’est une blague j’espère ^^
      Certes les compétences professionnelles des AMP ne sont pas celles d’un éducateur, mais l’inverse est vrai aussi. Nous sommes complémentaires. Ce n’est pas un diplôme qui fait un maltraitant mais l’être humain derrière, alors arrêtons les raccourcis à 2 balles…

      • je suis bien d’accord avec ça…j’aime dire que nous sommes comme des ouvriers qui travaillons à l’élaboration de la même « maison »… chacun avec sa caisse à outils et ses spécificités. Une maison sans plombiers, sans électricien, sans maçon, sans charpentier ne tiendrait pas debout… une profession n’est pas plus noble qu’une autre, on doit marcher ensemble et s’apprendre mutuellement… mais y’a encore bien du chemin à faire…

        • j’aime cette image de la boîte à outils ! Et puis ce n’est pas le diplôme qui fait la personne ! j’ai travaillé avec des AMP super et bien plus dans l’éducatif que certains éducs qui les dénigraient ! Nous sommes tout simplement complémentaires !

  2. il existe aussi des institutions qui ont à coeur de respecter les résidents, et j en connais, la base est la visite régulière des personnes accueiIllies, la rencontre et l échange avec le personnel.
    Mais après 26 ans d expérience, je reste absolument persuadée que la solution est la constitution de petites unités avec un nombre de résidents limité. Il faut que la vie au quotidien d une personne handicapée se colle le plus près possible à la vie normale. Respectons nos résidents, les accompagnants et dialoguons sans cesse avec les encadrants.
    Restons en alerte, mais respectons le travail accompli. C est dans le comportement de nos familles ou amis handicapés que nous détecterons les problèmes, ouvrons l oeil.
    Mais restons positifs et respectueux.

    • Oui fort heureusement il existe des institutions qui respectent les personnes qu’ils accueillent et se soucie d’adapter leur accompagnement à leur besoin respectif. Je débute en tant qu’éducatrice spécialisée (1 an 1/2) mais j’ai eu l’occasion de travailler dans des strcutures comme celle-ci et travaille actuellement dans une structure soucieuse du bien être des jeunes que nous accueillons.
      Je partage votre point de vue concernant les petites structures. Cela permet un accompagnement éducatif plus individualisé. Et l’idéal serait qu’elles ne soient pas excentrées (souvent en tout cas en Province, les IME se retrouvent dans les campagnes). Il faut leur faire une place dans la société.
      Travailler avec une équipe pluridisciplinaire c’est très enrichissant et ça nous permet chaque jour d’améliorer notre accompagnement. Et comme vous le dite n’oublions pas les familles si précieuses dans notre travail, elles ont un autre regard à nous apporter.
      Merci pour votre commentaire et ces idées qui j’espère se concrétiseront…

  3. J’ai détesté ce truc que j’ai regardé en replay… qui ne fait que confirmer ma méfiance envers les médias… Voilà comment on passe du « éducateur ? c’est quoi ce métier ? » à « ah ouais éducateur… j’ai vu un reportage, y’a pas mal de maltraitance dans ces boulots… » Bien évidemment il faut dénoncer ces pratiques abominables mais quand les médias se décideront ils de parler de nos métiers ? Juste relater la réalité de notre secteur avec ses difficultés ET ses bons côtés aussi… sans tomber dans le too much de « Intouchables » ou dans le too much de ce genre de reportage ?
    Désabusée je suis…

    • L’UNAPEI a participé à ce projet de reportage et il était prévu de présenter une structure (IME) avec un regard positif sur notre métier ! Malheureusement M6 a laissé cette partie de côté pour ne montrer que le négatif ! Nous n’évoluons pas dans un monde tout noir ou tout blanc, entre deux il y a le gris et il y a des éducateurs passionnés par le métier qui accompagnent chaque jour des enfants et adultes en situation de handicap avec bonne humeur, sourires… A nous de leur montrer !

  4. oui mais comment-veux tu leur montrer ? c’est pas « vendeur » pour les médias… déjà, moi avec un projet de partenariat dans un café associatif, je crois que je bouscule les gens « bien pensants »… « ohhhh des handicapés dans notre café !!! quelle horreuuuur… »… alors je ne sais pas mais je suis pessimiste sur l’avenir de la visibilité et de l’accessibilité des personnes en situation de handicap dans notre pays… on crie au scandale quand on montre des institutions maltraitantes, sclérosantes, des asiles ou moratoires, mais en attendant, les handicapés pour les accepter dans le milieu ordinaire, y’a un coup à prendre… le paradoxe de la superbe tolérance à la Française…

Répondre à un humanoide de passage Annuler la réponse.