Louise teste l’outil numérique « C’est ma vie je la choisis ».

outil c'est ma vie je la choisis

Nous vous souhaitons une très belle année 2017. Que celle-ci soit riche en projets, rencontres et surtout parsemée de petits bonheurs quotidien !

Nous vous promettons de nouvelles aventures tout au long de cette année qui sera encore forte en émotions pour Louise : concert de M’Pokora et peut-être sa rencontre lors de la journée mondiale de la trisomie 21 (mais chut ! Louise n’est pas au courant), ses 25 ans avec plein de belles surprises à la clé….

Nous espérons que vous serez de plus en plus nombreux à suivre nos aventures !

Et pour commencer cette année, nous avons parlé « projet » avec Louise. Louise a testé pour vous le logiciel « C’est ma vie ! Je la choisis. » créé par Trisomie 21 France. L’objectif : déterminer son projet de vie en choisissant  ce qu’elle apprécie le plus.

Tout commence par une présentation vidéo avec « Groomy », un personnage qui nous accompagne tout au long du site pour nous donner des explications. Il parle lentement, avec un vocabulaire simple. Il nous guide pas-à-pas avec une démonstration. Pour les personnes qui ne sauraient pas lire à côté de chaque phrase se trouve un petit haut-parleur qui permet d’écouter la consigne, chaque question possède une illustration photo et quand il s’agit d’exprimer son avis par écrit, des pictogrammes sont à la disposition de la personne trisomique 21. Tout est fait pour qu’elle surfe sur le site en totale autonomie enfin presque.

L’outil numérique « C’est ma vie je la choisis » est composé de 5 rubriques :

c'est ma vie je la choisis

  • C’est quoi un choix ?

A travers différentes questions Groomy tente d’expliquer la notion de choix. Pour Louise, la notion semble un peu complexe à définir alors, je lui ai reformulé les explications en utilisant des exemples concrets de son quotidien.

  • Ma vie

Dans cette rubrique, la personne indique quelles activités elle aimait pratiquer étant jeune, quelles activités elle aime exercer maintenant et ce qu’elle aimerait faire plus tard. Cela permet de cerner ses centres d’intérêts et voir s’ils ont évolué au fil des années. Louise a beaucoup apprécié cette rubrique mais elle a encore des difficultés à imaginer qu’un jour elle sera « vieille ».

  • Ce qui est le plus important pour moi

Le but de cette partie est de cerner la personnalité et ce n’est pas la partie la plus facile. Par exemple, on vous demande « Aimez-vous tenir vos promesses ? ». Pour répondre à cette question, il faut déjà savoir ce qu’est une promesse… Plusieurs notions comme celle-ci étaient abordées, Louise a donc eu besoin de mon aide pour comprendre la question. Là encore, j’ai pris des exemples concrets de son quotidien pour illustrer. Et Louise a pu répondre aux questions plus facilement. Cette rubrique  méritait un réel soutien.

  • Mon projet

Mon projet de logement, de loisirs, de travail et de vie affective. Par exemple, dans mon projet logement, Louise devait dire si elle préférait vivre en appartement, ou dans une maison, seule ou avec quelqu’un. Elle pouvait répondre par oui/non/pas toujours/je ne sais pas. Ensuite, on lui demande de quoi elle a besoin pour vivre seule : de l’argent, un travail… C’est certainement la partie préférée de Louise. Elle n’a eu aucune hésitation pour répondre aux questions et ses réponses face aux besoins étaient tout à fait pertinentes. Louise sait ce qu’elle veut !

  • Conclusion

Enfin, pour clôturer ce test, vous obtenez un récapitulatif de toutes vos réponses, ce qui constitue votre projet de vie ! Pour qu’il s’accomplisse, reste à trouver une personne attentionnée (famille ou équipe éducative) qui sera prête à écouter et questionner les choix et les envies de la personne ! Louise a su trouver des oreilles attentives et nous comptons l’accompagner dans chaque étape de son projet de vie pour qu’elle continue à s’épanouir de jour en jour !

Mon avis sur l’outil « C’est ma vie ! Je la choisis. »

D’une manière générale, cet outil est très intéressant dans l’accompagnement des personnes en situation de handicap mental. En effet, il permet à la personne de s’exprimer simplement sous une forme ludique et ainsi d’orienter l’accompagnement éducatif en fonction de ses intérêts et ses envies, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas dans les familles ou les institutions.

Je vous invite à aller le découvrir par vous même et à nous donner votre avis !

Vous avez aimé cet article ?

Abonnez-vous dès maintenant à la newsletter 

Déjà plus de 3000 abonnés, pourquoi pas vous ?

2 Comments

Partagez votre point de vue