Vivre le handicap, ou la mission garde-robe !

mission garde-robe

En route pour le shopping…

Les beau jours arrivent et comme tout le monde Louise ma soeur trisomique 21 veut remplir sa garde-robe avec des ballerines, des nu-pieds, de nouvelles tenues… Alors c’est partie pour une séance shopping avec sa carte bleue en poche ! Et oui, maintenant ce n’est plus sa grande soeur adorée qui ouvre le porte-monnaie (ou en tout cas je l’ouvre un peu moins). Avec Louise, nous avons nos magasins favoris ! Après de multiples essayages décevants (trop grand, trop petit, trop long…), quand nous avons trouvé LE magasin où Louise peut trouver son bonheur, on y reste fidèle !

Notre mission garde-robe

Petit rappel pour que vous compreniez en quoi la mission garde-robe est une mission complexe : Louise fait 1m41, est un peu ronde, chausse du 34 et porte des chaussures orthopédiques. De ce fait, pour les jeans nous devons couper en moyenne 25 cm (le magasin est habitué), pour les manteaux ou vestes idem on coupe (quand c’est possible !) et pour les chaussures pas le choix, nous devons nous rendre dans un magasin pour enfants.

La course aux chaussures

Au début, je n’osais pas emmener Louise dans un magasin pour enfants, pour qu’elle ne se sente pas infantiliser. Finalement, je m’inquiétais pour rien. Louise y est entrée avec le sourire , l’air de se dire : « C’est sûr ici ma soeur va me trouver les chaussures qu’il me faut. » Chose dite, chose faite ! Même si les essayages ressemblent toujours à mission impossible, ils se transforment rapidement en partie de rigolade.

Bien choisir

Bien que cette mission soit aussi difficile, Louise ne se décourage pas. Elle sait que s’il faut y passer la journée, on le fera. S’il faut essayer tout le magasin, on le fera ! Non, non, non, je n’écoute pas ma soeur ! Du coup, Louise comme toutes les jeunes filles devient une Miss Shopping ! Avant, elle attendait que je cherche pour elle, aujourd’hui elle se promène seule dans le magasin et fait sa petite sélection. Direction la cabine d’essayage et là il faut apprendre à Louise à être objective. Quand elle aime quelque chose, elle est prête à dire que tout va bien, que non,non,non elle n’est pas serré et pourtant on voit tout le contraire ! Il faut faire preuve de patience et poser les bonnes questions pour qu’elle puisse faire le bon choix et quand tout va bien avant que le rideau se referme, on entend : « Lucie, adjugé / vendu ! »

juge et tutelle

Dernière étape… le paiement !

Louise a les bras bien rempli et est plus qu’heureuse mais elle n’a pas encore vu la facture ! Alors, nous regardons les étiquettes, faisons nos petits calculs et déterminions si c’est cher ou pas. Louise n’a pas la notion de l’argent et nous tentons de la lui donner ( je vous en parle dans l’article : L’apprentissage de l’argent : un gain d’autonomie). Pour elle, la carte bancaire, ce n’est pas de l’argent alors pas de souci pour dégainer mais quand il s’agit de payer en espèces, les billets sortent moins facilement ! (Nous reviendrons plus tard de notre travail autour de l’argent avec Louise).

Louise veut être coquette, être habillée comme une femme et surtout porter ce qu’elle aime. Il me semble important de la faire participer activement à ses achats : apprendre à faire des choix, à avoir des envies, à avoir ses propres goûts et à apprendre la valeur de l’argent. C’est encore un grand pas vers l’autonomie !!!

Vous avez aimé cet article ?

Abonnez-vous dès maintenant à la newsletter 

Soyez la première personne à commenter cet article !

Partagez votre point de vue